L'arrêt de conduite des véhicules : on continue !

Grève et rassemblement 24 02 2017

Ce mardi 7 février, pendant les congés scolaires, nous nous sommes réunis à près de 150 agents à la réunion d’information syndicale convoquée à l’initiative de la CGT.

Une délégation a rendu compte de l’audience du 31 janvier, en présence de M Baudrier (élu en charge de notre direction), M Nicolas (directeur DRH), Mme Borie (directrice de la DPA), Mme Lobry (directrice de la SRH-DPA), et Mme Gomez (en charge des relations sociales).

Lors de cette audience, la direction a exprimé 3 questions importantes :

-          La même proposition qu’à la précédente audience : suspendre le mouvement, pour engager des négociations, mais qui devait se conclure plus rapidement cette fois-ci, c’est-à-dire en 30 jours. Aucun chiffre annoncé pour l’indemnité de conduite, et aucune garantie d’obtenir une prime. M Baudrier a indiqué que son mandat était de faire cesser le mouvement d’arrêt de conduite, en expliquant que « le mouvement actuel, les formes qu’il prend, sont problématiques, cela désorganise l’activité ». Cela signifie que c’est une vraie épine dans le pied pour la direction ! Il n’y a pas de raison pour que l’on n’y arrive pas !

-          La direction a expliqué qu’elle payait les PV, en tout cas ceux pour stationnement gênant, qu’elle remboursait les agents. Elle a expliqué qu’elle payait les stages de récupération de points et que ceux-ci s’effectuent sur le temps de travail. La délégation a demandé un écrit à ce sujet, que l’on attend toujours…

-          Enfin, la direction a de nouveau fait pression sur les agents en disant que le mouvement amène à une « inexécution partielle du service ». Ce sont les mêmes arguments qu’au mois de décembre, la direction tente d’intimider les agents !

Un agent du CASVP (Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris) est intervenu pour expliquer que là où il travaille, des agents sont chauffeurs, et qu’ils allaient rejoindre le mouvement d’arrêt de conduite ! Des dirigeants de l’Union syndicale des services publics parisiens (US CGT Paris) étaient présents, pour exprimer leur soutien au mouvement, et informer que la CGT Ville de Paris, au cours de son congrès, avait appelé à étendre la mobilisation à d’autres directions.

Un point a été fait sur la mobilisation en cours : 7 ateliers sont à plus de 90 % ! 13 ateliers sont dans le mouvement !

L’assemblée générale :

-          A voté la reconduction de l’arrêt de conduite jusqu’à satisfaction sur nos revendications.

-          A voté la grève et le rassemblement devant quai de la Râpée le jour du CHSCT, à 14h30,
98 quai de la Râpée
, pour :

  • Une «prime de conduite à hauteur de 250 euros mensuel » : une valorisation indiciaire pour la conduite. 250 € : c’est ce que touchent les agents à la DPE ! Il faut l’égalité !
  • Le non-paiement des PV, et le paiement pour toute perte de points, pertes de permis !
  • L'abandon de la mise en œuvre des tablettes numériques : c’est un moyen de faire faire toujours plus aux agents !

·         Le ratio promu-promouvable à 100% : que tous ceux qui remplissent les conditions puissent passer au grade supérieur

·         L'arrêt des suppressions de postes, l'arrêt de la polyvalence qui remet en cause nos métiers, l'arrêt des fusions de service et des restructurations, l’arrêt des déménagements

  • L’attribution de l’IFI (anciennement IFD) à tous les agents de la DPA : 17,50 € par agent ! Aujourd’hui certains la touchent, d’autres non, alors que tous font le même boulot. Pourquoi ?
  • Le refus de la mise en œuvre de PPCR : PPCR, c’est des pertes de salaires, car on met plus de temps à passer d’un échelon à un autre !
  • Le refus de la mise en œuvre de la RIFSEEP : c’est la fusion de toutes les primes,

L’Assemblée générale appelle tous les agents, de tous les services et de toutes les catégories (A, B, C) de la DPA à se joindre à la grève et au rassemblement le 24 février, avec leurs propres revendications : primes, conditions de travail, suppressions de postes : trop c’est trop ! Tous ensemble, on peut gagner !

Nous avons commencé à discuter : si la Ville ne cède pas, alors ne faut-il pas envisager la grève, la grève en continu, jusqu’à satisfaction des revendications ? Discutons-en !

Depuis l’AG, le syndicat CGT a reçu un courrier de la part de la DRH, qui dit ceci : « le refus de certains agents d’utiliser les moyens mis à leur disposition pour accomplir leurs missions s’assimile à un refus d’obéissance conduisant à une inexécution partielle de leurs missions. »

Cet argument est FAUX. En effet, un chef d’atelier ou un agent de maîtrise peut demander à un AT ou un ATP de se rendre sur tel ou tel site pour effectuer telle ou telle intervention. Mais il ne peut pas demander à un agent de se rendre sur site avec tel moyen de transport plutôt qu’un autre !

Rappelons que conduire ne figure pas dans la fiche de poste ! Il n’y a aucune obligation statutaire ! On n’exige pas le permis pour recruter un AT ou un ATP en atelier ! On ne peut ordonner à un agent de prendre un véhicule, celui-ci peut l’utiliser ou non pour se rendre sur chantier.

Le simple bon sens n’atteint visiblement pas la DRH : certains agents ne conduisent pas, car ils n’ont pas le permis…seront-ils eux aussi sanctionnés ? Verront-ils eux aussi leurs indemnités diminuées ? S’agit-il de discriminer des agents ?

La CGT exige que courrier soit retiré ! La CGT sera toujours aux côtés des agents. Si la Ville veut appliquer une telle sanction, la CGT ira au tribunal administratif, comme elle l’a fait avec succès sur la remise en cause du droit de grève !

De nouveau, ce courrier ne peut signifier qu’une chose : la volonté de faire peur aux agents, par la répression et la menace de sanctions.

La direction aurait donc l’intention d’entamer des sanctions disciplinaires et financières contre les centaines d’agents en arrêt de conduite ? C’est faire preuve d’un manque de sang-froid. Nous espérons que la direction retrouve ses esprits, et souhaite retrouver le chemin de la discussion avec les organisations syndicales et les agents.

Lien sur fichier en PDF: 
 

Mis en ligne le 14 février 2017  |  Dernière mise a jour 14 février 2017